Billet 12: Comprendre l’autre pour avancer

Publié le lundi 20 novembre 2018 par Sylvie Huard dans la catégorie Famille en affaires: Complicité des générations, Gestion des conflits, Harmonie au travail

Voulez-vous que je lise ce billet pour vous?

Vous demandez-vous parfois pourquoi, dans votre entreprise familiale, la communication passe de « on se devine » à difficile? Avez-vous du mal à comprendre les membres de votre famille?  Si vous répondez oui à ces questions, alors ce billet de blogue est pour vous.

La communication est un concept abstrait. Pourquoi communiquer avec mon père, mon frère, ma sœur puisque je sais déjà ce qu’ils pensent, ce qu’ils ressentent?

Mais qu’advient-il quand tout n’est plus aussi clair? Qu’advient-il quand on n’arrive pas à nommer le problème?

Une impasse.

J’ai croisé le chemin de plusieurs familles qui se sont retrouvées dans une telle impasse, et un outil bien précis leur a permis de s’en sortir : le modèle circomplexe d’Olson. Selon ce schéma, deux variables peuvent influencer la communication : la capacité d’adaptation et la capacité de cohésion.

Sur l’axe de la cohésion (axe horizontal), quatre possibilités :

  • Désengagé : vous avez besoin de peu de proximité et vous êtes indépendant
  • Séparé : vous avez besoin d’une certaine proximité et vous êtes plutôt indépendant
  • Connecté : vous avez besoin de proximité et vous êtes plutôt dépendant
  • Enchevêtré : Vous avez besoin d’une grande proximité et vous êtes dépendant

Sur l’axe de l’adaptabilité (axe vertical), quatre possibilités :

  • Rigide : Vous menez avec autorité et ne prônez pas le changement
  • Structuré : Vous partagez parfois le leadership tout en conservant un rôle stable, vous acceptez le changement lorsqu’il est demandé
  • Flexible : Vous partagez le rôle de leader et vous acceptez le changement lorsqu’il est nécessaire
  • Chaotique : Vous avez peu de leadership et vous vous perdez dans le changement

Votre position dans le schéma vous permet ainsi de comprendre si vous êtes une personne plutôt flexible ou rigide quant à votre capacité d’adaptation, ou encore si vous êtes une personne plutôt indépendante ou dépendante quant à votre niveau de cohésion.

Comprenez-moi bien : il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises positions dans le modèle. Seulement, certaines positions facilitent la communication. Ainsi, plus vous vous situez dans les extrêmes du système, plus la communication est difficile, et plus vous vous situez au centre, plus la communication est facile.

Par exemple, deux personnes flexibles et connectées discutent régulièrement de leurs perceptions mutuelles, elles s’écoutent, prennent le temps de se comprendre et s’adaptent. Deux personnes structurées et séparées, pour leur part, sont plutôt indépendantes; elles font leurs choses chacun de leur côté, parfois ensemble. Elles ont instauré des règles et fonctionnent à l’intérieur de ces dernières.

Notre position dans le modèle a donc une incidence directe sur notre mode de communication, et connaître cette position permet de mieux se comprendre, mais aussi de mieux comprendre les autres membres de la famille.

Quand nous nous apercevons que les autres membres de la famille se situent ailleurs dans le modèle par rapport à nous et qu’ils n’ont donc pas les mêmes besoins de communication, le jugement et les accusations s’atténuent pour laisser la place à la compréhension. Le modèle circomplexe d’Olson éclaire, en très peu de temps, les différences au sein d’une famille et contribue à ce que tout le monde baisse les armes de façon presque automatique afin d’ouvrir sur des sujets délicats sans que personne ne le prenne personnel.

Pourquoi ne pas mettre à l’épreuve ce modèle? Prenons un personnage connu de la télévision québécoise : monsieur Samuel O’Hara, de la série O’. Où le situeriez-vous sur l’axe de la cohésion? Est-il proche de sa famille? J’aurais tendance à dire qu’il est enchevêtré puisqu’il a besoin d’une grande proximité et qu’il est dépendant de sa famille. Qu’en est-il de sa position sur l’axe de l’adaptabilité? Est-il flexible face au changement? À mon avis, il est carrément rigide, convaincu que seules ses décisions pourront faire du bien à l’entreprise.

Et vous, où vous situez-vous ?

La question mérite d’être posée, car le modèle d’Olson, en plus d’être intuitif, enlève une pression malsaine sur les épaules de tout le monde : dès qu’on arrive à se situer dans le schéma, la pression s’efface, on peut parler plus librement et en toute confiance. Si les entreprises familiales veulent la pérennité et l’harmonie, pourquoi donc ne pas mettre un terme aux non-dits et favoriser, par une communication saine, les conflits constructifs, synonyme d’innovation?

La communication est l’une des nombreuses composantes qui favorisent la complicité des générations. J’ai abordé, au cours des douze billets de blogue de la série Familles en affaires : complicité des générations, plusieurs autres aspects qui méritent d’être rappelés.

Ne ratez pas notre prochain billet de blogue, qui conclura la série et ouvrira de nouveaux horizons.

Pour vous référer à tous les billets de blogue de la série Famille en affaires: Connexion des générations, cliquez sur ce lien.

Sylvie Huard

Sylvie Huard

Je travaille avec des gens qui souhaitent un changement significatif et durable dans leur organisation et pour qui le bonheur au travail est prioritaire. Ensemble, nous quittons brièvement le chaos du quotidien pour créer un environnement contrôlé. Avec un recul sur la situation, des possibles apparaissent.
Animée par le désir d'humaniser le monde des affaires, je suis toujours en quête des meilleures pratiques d'affaires à travers chercheurs et praticiens de partout dans le monde. Ma passion pour l'entreprise familiale m'a menée à devenir membre du sélect Psychodynamic in Family Business (PDFB).
Sylvie Huard
bac psy., MBA, ACFBA Advanced Certificate Family Business Advising
"Mieux se comprendre, pour avancer avec sens et puissance ensemble."
Sylvie Huard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Membre de :