Billet 13: La complicité des générations, un facteur clé de succès à long terme ?

Publié le lundi 11 décembre 2018 par Sylvie Huard dans la catégorie Famille en affaires: Complicité des générations, Gestion des conflits, Harmonie au travail, Relève d'entreprise, Relève familiale

Voulez-vous que je lise ce billet pour vous?

Tout un défi de penser la cohabitation entre les générations dans une famille en affaires qui évolue dans un monde VICA. La tâche n’est pas mince! Dans la série « Familles en affaires : Complicité des générations », j’ai voulu vous transmettre des outils qui vous permettront d’améliorer la communication entre vos membres afin d’atteindre le « brain » collectif, cette vision à 360 degrés essentielle à la réussite de l’entreprise.

Pour formuler une vision commune et atteindre ce fameux « brain » collectif, il s’avère primordial de faire une place au dialogue. Pourquoi, d’ailleurs, vouloir éviter la complicité et la connexion en éliminant le dialogue ? Pour éviter la chicane, les conflits ? Grave erreur. Nous l’avons vu, les conflits, quand ils sont constructifs, mènent à la pérennité de l’entreprise.

 

Démystifier les enjeux majeurs au cœur de la complicité des générations

J’ai pu constater, grâce à mon travail d’accompagnatrice et de médiatrice, que les familles en affaires veulent principalement le bonheur et la pérennité de l’entreprise. Ces deux aspects sont directement liés à la qualité de la communication dans une famille. Quand le niveau de cohésion est bon, les résultats sont là.

 

Les défis du transfert d’entreprise

Une communication saine atténue, voire fait disparaître la souffrance trop souvent présente dans le transfert familial. En plus de permettre la mise en place d’une planification stratégique, qui encadre l’intuition du fondateur et éclaire le rôle de chacun, elle permet de penser le transfert d’entreprise davantage comme un processus qu’une simple transaction.

 

3 facteurs clefs pour atteindre le coleadership

Le dialogue au sein d’une entreprise familiale favorise le coleadership, qui repose sur une vision commune nourrie par les différences générationnelles – vision commune essentielle à la pérennité de l’entreprise dans un monde VICA – et sur la confiance mutuelle des membres. Cette confiance, comme tout le reste, ne se bâtit pas toute seule, mais à travers des cercles de communication permanente comme le conseil de famille.

 

Créer un climat propice à la communication intergénérationnelle

Les cercles de communication, en plus de muscler la cohésion entre ses membres en créant un équilibre entre les besoins des individus et ceux de l’entreprise, permettent :

  • d’entendre la perle de chacun et d’atteindre une vision globale créée par le « brain » collectif ;
  • de pallier la triple autorité en donnant la parole à chacun dans un climat ouvert qui repose sur la confiance;
  • de mieux comprendre l’autre grâce au modèle d’Olson, en s’attardant sur le mode de communication de chacun.

Je trouve toutefois que cette tâche est magnifique et remplie de possibilités. Elle appelle le dépassement de soi, qui fait partie intégrante du bonheur. Une famille en affaires dans laquelle les générations cohabitent a une possibilité de connecter qu’une autre famille en affaires, séparée, dont les membres sont enfermés dans leur bulle, pourrait difficilement atteindre.

En bref, j’ai voulu, dans cette série, démystifier les enjeux majeurs au cœur de la complicité des générations, cerner les défis du fondateur comme du successeur, de la famille comme de l’entreprise dans un environnement qui s’avère de plus en plus complexe. Une chose est sure : la cohabitation entre le cédant et le repreneur ne peut que favoriser la pérennité de l’entreprise. Si cette tâche s’avère ardue, elle est toutefois remplie de possibilités. Elle appelle le dépassement de soi, qui fait partie intégrante du bonheur. Une famille en affaires dans laquelle les générations cohabitent a une possibilité de connecter qu’une autre famille en affaires, séparée, dont les membres sont enfermés dans leur bulle, pourrait difficilement atteindre.

J’espère que cette série vous aura fourni des outils pour vous donner le goût et le courage d’améliorer la communication dans votre famille. Afin de vous offrir d’autres outils pour aller plus loin, la prochaine série s’intitulera Familles en affaires – gestion des émotions, car si la communication et la confiance sont au cœur de la réussite de l’entreprise, la gestion des émotions est un élément central à la connexion des familles en affaires.


Vous trouvez ci-dessous la liste complète des articles de la série Complicité des Générations :

Sylvie Huard

Je travaille avec des gens qui souhaitent un changement significatif et durable dans leur organisation et pour qui le bonheur au travail est prioritaire. Ensemble, nous quittons brièvement le chaos du quotidien pour créer un environnement contrôlé. Avec un recul sur la situation, des possibles apparaissent.
Animée par le désir d'humaniser le monde des affaires, je suis toujours en quête des meilleures pratiques d'affaires à travers chercheurs et praticiens de partout dans le monde. Ma passion pour l'entreprise familiale m'a menée à devenir membre du sélect Psychodynamic in Family Business (PDFB).
Sylvie Huard
bac psy., MBA, ACFBA Advanced Certificate Family Business Advising
"Mieux se comprendre, pour avancer avec sens et puissance ensemble."
Sylvie Huard

Les derniers articles par Sylvie Huard (tout voir)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Membre de :