Billet 1: Quand besoins rime avec émotions, ou comment atteindre le bonheur en affaires

Publié le lundi 19 février 2019 par Sylvie Huard dans la catégorie Familles en affaires: Gestion des émotions, Gestion des conflits, Harmonie au travail

Voulez-vous que je lise ce billet pour vous?

 « Lorsque nous apprenons à gérer nos émotions, nous pouvons obtenir une perspective plus large sur n’importe quelle situation, et souvent nous sauver de la douleur et de la frustration. » 
– Dre Childre et Howard Martin

Pensez-vous que les émotions n’ont pas leur place en affaires ? Êtes-vous d’avis qu’il est préférable de laisser de côté les sentiments pour que l’harmonie perdure au sein de la famille ? Si c’est le cas, ce billet est pour vous !

L’humain, cet être énergique, passionné et talentueux, est au cœur de toutes les opérations dans une entreprise et cet humain, qu’on le veuille ou non, est un être d’émotions.

Si, en affaires, on tourne le dos aux émotions, on laisse dans le noir les besoins des individus, de la famille et de l’entreprise. Or, ne pas connaître ses besoins revient à jouer à la roulette russe avec le bonheur. En effet, le premier élément pour arriver au bonheur est, à mon avis, la connaissance de soi, qui passe par l’introspection et par les rétroactions des autres.

 

L’expression des besoins au cœur de l’harmonie de l’entreprise

Pour connecter et, par le fait même, assurer l’harmonie et la pérennité des organisations, il est primordial d’arriver à trouver un équilibre entre les besoins de la famille, des individus, des actionnaires et ceux de l’entreprise.

Ces besoins sont, la plupart du temps, dissimulés derrière des sentiments, sentiments qu’on a tendance à balayer sous le tapis en affaires. Or, l’émotion qu’exprime une personne traduit bien souvent un besoin, mais ce besoin n’est pas accessible sans passer par une introspection. Dès lors, en faisant, abstraction des émotions, on se prive d’une source d’information extraordinaire sur nos besoins qui sont une pierre angulaire pour être heureux.

Quand besoins et sentiments se confondent

Cet exemple tout bête éclaire très bien cette situation. Prenez un couple : la femme aime que la maison soit propre alors que, pour l’homme, ce n’est pas ce qui est le plus important. La femme se fâche, le ton monte, et l’homme ne comprend pas la colère de sa conjointe : pourquoi la propreté est-elle si importante pour elle ? L’appartement n’est peut-être pas immaculé, mais il n’est pas si sale non plus. Pourquoi en fait-elle tout un plat ?

Et si, en réalité, le besoin de la femme n’était pas la propreté, mais plutôt la sécurité ? Si, derrière ce besoin de propreté, se cachait ce besoin de savoir que son enfant ne trébuchera pas sur un objet qui traîne ? Le conjoint aurait donc, dans cette situation, mal perçu le besoin de sa conjointe, et cette mauvaise perception a brouillé la communication. En prêtant une mauvaise intention à sa partenaire, le non-dit s’est transformé en conflit. De son côté, la femme n’a peut-être pas su s’introspecter suffisamment afin de comprendre le besoin qui animait sa colère.

 

Du non-dit à l’harmonie

De telles situations conflictuelles surviennent constamment dans une entreprise familiale. Les familles en affaires sont, très souvent, bien intentionnées; elles sont simplement maladroites quand vient le temps d’exprimer leurs émotions afin de mettre fin aux non-dits qui génèrent les conflits.

Autrement dit, les émotions s’avèrent une source d’information essentielle afin de diminuer les non-dits, puisque c’est en s’introspectant, en s’interrogeant sur les sentiments qui nous habitent que nous sommes en mesure de mieux comprendre nos besoins et, par le fait même, de mieux comprendre et de mieux respecter nos limites.

L’introspection est toutefois loin d’être chose facile. En voulant définir le sentiment qui nous habite pour mieux cerner notre besoin, on peut facilement tomber dans les faux-sentiments. C’est ce à quoi nous nous attarderons dans le prochain billet de blogue.

Vous aimeriez recevoir les prochains articles de la série par courriel ? Vous n’avez qu’à inscrire votre adresse courriel dans le menu latéral et le tour est joué !

 

Pour vous référer à tous les billets de blogue de la série Famille en affaires: Gestion des émotions, cliquez sur ce lien.

Sylvie Huard

Sylvie Huard

Je travaille avec des gens qui souhaitent un changement significatif et durable dans leur organisation et pour qui le bonheur au travail est prioritaire. Ensemble, nous quittons brièvement le chaos du quotidien pour créer un environnement contrôlé. Avec un recul sur la situation, des possibles apparaissent.
Animée par le désir d'humaniser le monde des affaires, je suis toujours en quête des meilleures pratiques d'affaires à travers chercheurs et praticiens de partout dans le monde. Ma passion pour l'entreprise familiale m'a menée à devenir membre du sélect Psychodynamic in Family Business (PDFB).
Sylvie Huard
bac psy., MBA, ACFBA Advanced Certificate Family Business Advising
"Mieux se comprendre, pour avancer avec sens et puissance ensemble."
Sylvie Huard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Membre de :