Billet 7: L’intention au cœur des conflits

Publié le lundi 17 juin 2019 par Sylvie Huard dans la catégorie Familles en affaires: Gestion des émotions, Gestion des conflits, Harmonie au travail

Voulez-vous que je lise ce billet pour vous?

Avez-vous de la difficulté à connecter avec vos parents ou avec vos enfants au sein de l’entreprise familiale malgré l’amour que vous leur portez ? Êtes-vous certains que vos proches sont toujours bien intentionnés, et ce, même lorsque survient un conflit au travail ? Si c’est le cas, ce billet de blogue est pour vous.

Si tu ne comprends pas, pose des questions. Si poser des questions te met mal à l’aise, dis-le et pose-les quand même. On voit facilement si une question part d’une bonne intention. Puis écoute encore davantage. Parfois les gens ont seulement envie d’être entendus.
– Chimamanda Ngozi Adichie

Nous l’avons vu précédemment, les familles en affaires sont bien intentionnées, elles sont simplement maladroites dans leur façon d’exprimer leurs émotions, ce qui crée, bien souvent, des conflits. Mais peut-on vraiment affirmer que les membres d’une entreprise familiale ne prêtent jamais à leurs proches de mauvaises intentions ? Je n’en suis pas si sûre.

Est-ce que vous pensez que les membres de votre famille sont bien intentionnés ?

Quand je pose cette question aux membres d’une famille en affaires, je reçois toujours la même réponse : « Ben non, ils n’ont pas de mauvaises intentions! »

Or, bien souvent, quand survient un conflit, les membres de la famille en affaires oublient que ceux qui les entourent sont bien intentionnés. Ils sont pourtant incapables d’avouer que dans la situation conflictuelle, là, maintenant, ils prêtent de mauvaises intentions à leurs proches. Résultat : les membres restent chacun de leur côté, incapables de communiquer et, par le fait même, de désamorcer le conflit.

Ce problème est au cœur d’un nombre incalculable de conflits au sein des entreprises familiales que je côtoie chaque jour, notamment entre les enfants et les parents. Les membres de la jeune génération sont parfois incapables de parler de relève avec leur père ou leur mère parce qu’ils leur prêtent, inconsciemment, une mauvaise intention : ils croient qu’ils ne veulent pas leur transmettre l’entreprise.

Prêter de mauvaises intentions aux membres de la famille nous empêche donc de tout mettre sur la table, d’aborder des questions plus délicates. Pour ouvrir la discussion, il suffit toutefois de préciser qu’il n’y a pas de mauvaises réponses. Dès lors, quand tout ce qui est amené dans la discussion peut devenir une solution possible, tous les sujets plus délicats peuvent être abordés.

Prenons cet autre exemple : un couple d’agriculteurs se retrouve à la maison en soirée après une longue journée de travail. L’homme est furieux parce que sa conjointe a oublié de fermer la clôture de l’enclos des animaux. La femme lui répond : « Ben oui mon amour, j’ai décidé ce matin que j’allais volontairement laisser la clôture ouverte pour te faire suer. »

En une fraction de seconde, l’homme se rend compte de l’absurdité du conflit.

Autrement dit, on peut désamorcer un conflit et rétablir la communication en prenant simplement le temps de se rappeler que l’autre est bien intentionné.

La communication au sein des différentes générations d’une entreprise familiale peut aussi devenir difficile quand on ne prend pas le temps de remettre toute situation dans le bon contexte. Nous en parlerons dans le prochain billet de blogue.

Vous aimeriez recevoir les prochains articles de la série par courriel ? Vous n’avez qu’à inscrire votre adresse courriel dans le menu latéral et le tour est joué !


Vous trouvez ci-dessous la liste complète des articles de la série Gestion des Émotions :


Puisque la gestion des émotions en affaires est un facteur clé dans l’atteinte d’une complicité entre les générations, je vous invite à consulter ma série qui aborde les défis que représente la cohabitation de plusieurs générations au sein d’une entreprise familiale.

Sylvie Huard

Je travaille avec des gens qui souhaitent un changement significatif et durable dans leur organisation et pour qui le bonheur au travail est prioritaire. Ensemble, nous quittons brièvement le chaos du quotidien pour créer un environnement contrôlé. Avec un recul sur la situation, des possibles apparaissent.
Animée par le désir d'humaniser le monde des affaires, je suis toujours en quête des meilleures pratiques d'affaires à travers chercheurs et praticiens de partout dans le monde. Ma passion pour l'entreprise familiale m'a menée à devenir membre du sélect Psychodynamic in Family Business (PDFB).
Sylvie Huard
bac psy., MBA, ACFBA Advanced Certificate Family Business Advising
"Mieux se comprendre, pour avancer avec sens et puissance ensemble."
Sylvie Huard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Membre de :