Briser l’isolement. Nouveau service de coaching pour dirigeants de PME.

Publié le lundi 20 mars 2013 par Sylvie Huard dans la catégorie Harmonie au travail, Phare de Gestion, Relève d'entreprise

L’isolement du dirigeant. Cette affirmation récurrente qu’on croit parfois à moitié mais qu’on ignore la plupart du temps. Parce qu’on croit que c’est ainsi.

C’est ce donc je parlerai aussi au Cégep de Thetford Mines où j’ai été invitée à animer un bloc de formation sur l’isolement du dirigeant dans le cadre d’un programme vraiment innovant destiné aux entrepreneurs de la relève : « Former nos leaders, préparer nos repreneurs. »

L’isolement est une situation courante qui s’installe de façon sournoise.

L’entrepreneur. Cet être un peu à part, qui doit penser plus loin que tout le monde, qui a des préoccupations différentes, parfois plus profondes, plus à long terme. Qui est préoccupé par la vision alors que tous sont dans le quotidien, les opérations, le day-to-day. Qui doivent prendre conscience de leur leadership et orienter ce quotidien dans la bonne direction, pour qu’il soit porté par les bonnes valeurs, les bonnes priorités et les bons objectifs.

Le dirigeant qui doit négocier 1001 trucs à l’extérieur en même temps qu’il doit mobiliser les troupes à l’interne. Celui qui ne peut pas toujours être là mais dont la crédibilité doit être omniprésente. C’est un fait. Souvent, il se sent seul de sa gang. Souvent, il se questionne sur son leadership, mais ses questions tournent en boucle dans sa tête tout en demeurant sans réponse.

On dirige comme on est

Dans le quotidien, quand tu n’as pas eu de modèle de leader inspirant, ce n’est pas évident.  C’est Laurent Lapierre dans son livre « On dirige comme on est » qui m’a donné les meilleurs mots pour exprimer ce que je veux faire avec mes clients.

Il disait : « Comment peut-on être coach d’un dirigeant d’entreprise si on ne l’a pas été nous-mêmes? » Il dit aussi qu’il n’y a pas qu’une bonne façon de faire : « (…) [l’objectif consiste à] permettre aux personnes intéressés de découvrir leur propre intelligence des personnes et des choses, leur savoir intuitif, leur sagesse et leur jugement ». Ça, ça. Ça, c’est ce que je veux faire avec mes clients !

Entreprendre, une aventure qui mobilise tout son être.

Entreprendre est un cheminement d’abord personnel. Bien plus que professionnel. Un cheminement personnel lourd de conséquences. C’est pourquoi je suis devenue coach. Qui vient avec tout un poids sur les épaules. Ce sac à dos de 2000 livres, je l’ai porté. Les questions, je les ai vécues personnellement et c’est pour cette raison que je suis convaincue qu’on ne devrait jamais avancer trop longtemps sans coach.

Personne d’autre que le coach n’a le mandat d’écouter les états d’âmes, les doutes ou les idées du dirigeant, de l’encourager, de le challenger à un niveau plus abstrait, de lui fournir un regard extérieur avisé.

Je réalise souvent qu’avant de travailler avec moi, mes clients me « cherchaient », parce que dans leur tête, des pensées revenaient et revenaient. Des pensées qui pouvaient ressembler à :

« Ce n’est pas évident de porter seul mon sac à dos de 2000 livres…  C’est super d’échanger avec des patrons comme moi….  Avec mon équipe aussi mais malgré tout je me sens seul… »

« J’aimerais avoir quelqu’un avec qui je peux échanger de façon confidentielle, supportante et sans jugement tout en m’aidant à réfléchir par moi-même de façon efficace, à faire une tournée 360 degrés pour que mes décisions s’imposent d’elles-mêmes. »

« Quelqu’un qui a déjà porté le sac à dos lui-même!  J’aimerais l’avoir à mes côtés, dans l’action, au quotidien dans l’exercice de mes fonctions, et dans la vraie vie pour me challenger, me faire réfléchir aux conséquences de mes idées, m’aider à garder le FOCUS, comprendre mes émotions, vivre mes valeurs, mes convictions, ma vision, m’aider à sentir mon équipe, m’aider a prioriser mes relations stratégiques pour arriver à mes objectifs, etc. »

Toutes ces pensées sans réponse…

La preuve qu’un coach est un avantage stratégique. Pour avancer plus vite dans l’entreprise, oui. Mais aussi pour cesser de freiner son épanouissement et son cheminement personnel. Pour arrêter de faire du surplace émotionnel.

Moi, les dirigeants de PME et notre désir commun de transcender les émotions en action.

Je considère ça tellement important et criant pour l’avancement des entreprises et le bonheur des dirigeants que j’ai développé un programme où je travaille avec un dirigeant sur une base hebdomadaire. Nous travaillons sur les plans de l’esprit, du cœur, des affaires, de la gestion et des processus. C’est une approche à la fois structurée, solide et très flexible.

Un programme engageant… pour lequel il y a une seule nouvelle place disponible

Ce service est fait pour la PME qui est dans un cercle géographique maximum de 100 km de Québec.  Je vais chez le client une fois par semaine.  Déjà, je vis cette expérience depuis plus de 6 mois avec une première cliente et c’est un vrai conte de fée.  À chaque fin de journée nous sommes ravies, excitées, satisfaites.

Il n’y a qu’une seule entreprise avec qui je travaille de si près… et je suis maintenant prête à en accompagner une deuxième. Que voulez-vous, je deviens accro! Accro à l’idée d’être témoin et catalyseur de l’épanouissement des dirigeants.

Connaissez-vous quelqu’un qui me cherche?

Parce que je serais heureuse de la trouver, de la libérer de ses questions sans réponses et de l’aider à s’épanouir comme leader et dirigeant!

 

 

Sylvie Huard

Sylvie Huard

Je travaille avec des gens qui souhaitent un changement significatif et durable dans leur organisation et pour qui le bonheur au travail est prioritaire. Ensemble, nous quittons brièvement le chaos du quotidien pour créer un environnement contrôlé. Avec un recul sur la situation, des possibles apparaissent.
Animée par le désir d'humaniser le monde des affaires, je suis toujours en quête des meilleures pratiques d'affaires à travers chercheurs et praticiens de partout dans le monde. Ma passion pour l'entreprise familiale m'a menée à devenir membre du sélect Psychodynamic in Family Business (PDFB).
Sylvie Huard
bac psy., MBA, ACFBA Advanced Certificate Family Business Advising
"Mieux se comprendre, pour avancer avec sens et puissance ensemble."
Sylvie Huard

2 Commentaire(s)

  1. Caroline dit :

    J’adore l’expression « surplace émotionelle » Un programme très pertinent pour les entrepreneurs, surtout quand tout va trop vite. « Le peu qu’on peut faire, le très peu qu’on peut faire, il faut le faire. » – Théodore Monod

  2. Sylvie Huard dit :

    Merci Caroline pour ce partage et cette phrase très à propos!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Membre de :