Où vont nos efforts en relève?

Publié le lundi 18 octobre 2011 par Sylvie Huard dans la catégorie Relève d'entreprise

C’est avec une question un brin dérangeante que j’amorce ce billet. Serait-ce le décalage horaire qui effrite mon sens du tact? Bien sûr que non! La vérité, c’est que je pense qu’il va falloir s’ouvrir les yeux un peu plus grands… Je m’explique.

Je reviens de Belgique où j’ai assisté au plus récent colloquium organisé par Transeo, l’association européenne de la transmission des PME. Comme je le disais dans mon dernier billet, il est fascinant de constater la solide méthodologie de travail des membres de cette association ainsi que leur profond désir de comprendre la relève, une question si importante au plan économique. Parmi tous les spécialistes présents, j’ai eu la chance de rencontrer un professeur des Pays-Bas qui fait un doctorat sur les émotions dans un transfert d’entreprise. La complicité entre nous a été immédiate! Je reviens toutefois de Bruxelles un peu déçue, car l’association n’a pas réellement abordé la question des facteurs humains. On mentionne qu’ils sont déterminants, et on passe à autre chose…

Qu’est-ce qui se passe?

J’ai vécu une relève familiale et je baigne dans le milieu depuis des années. J’accompagne des entreprises qui travaillent à en réaliser une, je lis des livres et des études sur le sujet, je parcours même les continents pour en apprendre davantage et le constat reste sensiblement le même : les facteurs humains jouent un rôle crucial dans la réussite de la relève. Comment se fait-il alors que nous déployons presque tous nos efforts à régler des questions monétaires, administratives et fiscales? Ces questions sont certes importantes, mais, alors que les études prouvent que les lacunes principales sont liées aux communications, pourquoi n’accordons-nous pas plus de temps à gérer cet aspect de la relève?

Faut-il rappeler que 60 % des relèves échouent? Il me semble qu’on peut faire mieux avec tout ce que l’on sait!

Beaucoup de travail se fait pour sensibiliser les PME à la question de la relève. Le Groupement des chefs d’entreprise du Québec fait d’ailleurs un très bon boulot sur ce plan. Les centres de transfert d’entreprises ont été mis sur pied pour informer et aider les cédants et les repreneurs. Avec tout l’argent qu’on injecte et l’énergie que l’on déploie, comment se fait-il que les résultats ne soient pas au rendez-vous?

Briser le moule

Si on veut vraiment avancer et obtenir des résultats satisfaisants, il faut cesser de travailler en vase clos. Les chercheurs font des études fascinantes sur le sujet, mais elles sont malheureusement reçues froidement par les gens sur le terrain. On se plait à rassembler des spécialistes lors de tables multidisciplinaires dans lesquelles on sort rarement de sa zone de confort. Il faut aller plus loin.

Aller plus loin, c’est briser le moule et regrouper tout le monde. En plus d’être multidisciplinaires, il faut que les idées du public, du privé et de l’académique s’entrechoquent, que ces gens mettent leur savoir en commun à la même table. Chacun possède une partie de la réponse, imaginez la puissance à travailler ensemble!

Plus je réfléchis et plus ça devient clair pour moi. Nous n’avons pas de temps à perdre, il faut changer la formule! Pour des répercussions rapides, les passionnés de relève de tous les milieux et de tous les secteurs doivent se rassembler, mettre leurs appréhensions de côté et travailler ensemble!

Qui est prêt pour un projet-pilote?

Sylvie Huard

Sylvie Huard

Je travaille avec des gens qui souhaitent un changement significatif et durable dans leur organisation et pour qui le bonheur au travail est prioritaire. Ensemble, nous quittons brièvement le chaos du quotidien pour créer un environnement contrôlé. Avec un recul sur la situation, des possibles apparaissent.
Animée par le désir d'humaniser le monde des affaires, je suis toujours en quête des meilleures pratiques d'affaires à travers chercheurs et praticiens de partout dans le monde. Ma passion pour l'entreprise familiale m'a menée à devenir membre du sélect Psychodynamic in Family Business (PDFB).
Sylvie Huard
bac psy., MBA, ACFBA Advanced Certificate Family Business Advising
"Mieux se comprendre, pour avancer avec sens et puissance ensemble."
Sylvie Huard

Mots-clefs : 

4 Commentaire(s)

  1. Langis Lavoie dit :

    Je suis partant pour essayer de changer l’approche puisque de toute évidence, la réponse est difficile à obtenir.

    Ici, au Saguenay-Lac-Saint-Jean, nous avons de très bons résultats mais il en faudrait le double…

    Vous pouvez me joindre à votre groupe au besoin.

    Langis Lavoie

  2. Sylvie Huard dit :

    Merci monsieur Lavoie de votre intérêt, je garde en tête votre offre avec plaisir.

    Est-ce que vous pouvez nous dire ce qui a marché le mieux dans vos efforts déployés jusqu’à maintenant?

  3. Richard Huard dit :

    Après lecture du billet, je donne mon commentaire a la question, pourquoi l’humain est important et mis de côté? Parce que, ce qui est reconnue est le succès monétaire avec bien sur le moins d’impôt payé. Quand ceci est réussis les gens diront il ou elle a bien réussis en affaires. Tant que la première valeur dans le transfert de l’entreprise sera l’argent la situation a peu de chance de changer. Est-il possible de faire un transfert en pensant aux gens qui y sont attachés, dédiés? Tout en garantissant une sécurité financière au cédant.

  4. Sylvie Huard dit :

    Merci Richard pour ton commentaire. En ce qui me concerne je crois que si j’aurais planifié ma relève comme l’indiquent les recherches (5 ans pour un transfert à la direction) je n’aurais pas une créance irrécouvrable de plus de 700 000$. De ne pas m’avoir préparé, fût perdant du côté financier et humain autant pour les employés, l’entreprise que pour moi. Quel gâchis!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Membre de :