Billet 2: Une autre raison pour ne pas planifier!

Publié le lundi 5 décembre 2016 par Sylvie Huard dans la catégorie Développement des affaires, Famille en affaires: Complicité des générations, Planification de la relève, Relève d'entreprise, Relève familiale

f˜˜Voulez-vous que je lise ce billet pour vous?

Dans le billet 1 de la série, je vous ai partagé le sketch qui décrit une partie de la bataille intérieure à laquelle le fondateur fait face. Je veux, vous partager un article que j’aime bien écrit par Marie-Josée Drapeau.

 

L’une des attentes que nous avons nommées pour le fondateur dans le billet 1 est de planifier sa relève. J’aime bien l’approche de Marie-Josée, parce qu’à mon avis, elle permet au fondateur de ne pas culpabiliser s’il ne ressent pas le besoin de planifier. La planification, pour un fondateur, n’est pas naturelle! Il agit plutôt dans un mode instinctif. Il connait son domaine sur le bout de ses doigts. Il sait ce qu’il faut faire et ne pas faire. Il a appris à la dure. La planification, très peu pour lui. Il a développé d’autres capacités pour atteindre son succès.

 

Plus le temps avance, plus la relève est prête, et plus les attentes au niveau de la planification augmentent! Est-ce une bonne chose de planifier? Je crois que oui. Est-ce donné à tout le monde de le faire? Je crois que non. C’est pourquoi je considère qu’il est nécessaire de donner aux fondateurs une autre façon de transférer ses connaissances, étant donné que cette étape est fondamentale pour éviter de recommencer bien des erreurs.

 

Le fondateur a pour habitude de travailler, pas de parler. Alors pour lui, s’assoir et planifier, c’est souvent associé à une perte de temps incroyable. C’est, à peu près, aussi pire que de faire des ‘’meetings’’.

 

Dans mon cas, pour aider les fondateurs à transférer leurs connaissances, j’utilise le phare de gestion. Afin de rendre la démarche agréable pour les entrepreneurs, j’utilise une méthode qui se situe à mi-chemin entre le ‘’story telling’’ et la planification stratégique. Pour plus d’informations sur cet outil, vous pouvez consulter ce billet de blogue.

 

Nous savons que certains fondateurs sont tourmentés par la pression qu’ils reçoivent et qu’ils se mettent eux-mêmes sur les épaules. Nous savons, aussi, que ce n’est pas dans leurs habitudes de planifier. Dans le prochain billet de blogue, nous adresserons un autre de leur défi, celui que j’aime bien nommer leur identité entrepreneuriale!

Pour vous référer à tous les billets de blogue de la série Famille en affaires: Connexion des générations, cliquez sur ce lien.

Sylvie Huard

Sylvie Huard

Je travaille avec des gens qui souhaitent un changement significatif et durable dans leur organisation et pour qui le bonheur au travail est prioritaire. Ensemble, nous quittons brièvement le chaos du quotidien pour créer un environnement contrôlé. Avec un recul sur la situation, des possibles apparaissent.
Animée par le désir d'humaniser le monde des affaires, je suis toujours en quête des meilleures pratiques d'affaires à travers chercheurs et praticiens de partout dans le monde. Ma passion pour l'entreprise familiale m'a menée à devenir membre du sélect Psychodynamic in Family Business (PDFB).
Sylvie Huard
bac psy., MBA, ACFBA Advanced Certificate Family Business Advising
"Mieux se comprendre, pour avancer avec sens et puissance ensemble."
Sylvie Huard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Membre de :